P2AO logo
 

Vidéos

14 vidéos
La Manufacture Bohin et l’histoire industrielle de la Risle

L’industrie métallurgique est fortement représentée sur le Pays d’Ouche à travers les industries de la fabrication d’aiguilles et d’articles métalliques datant du 19ème siècle. Le sol de la région riche en fer explique la présence au 19ème siècle de nombreux ateliers de fonderie et de tréfilage. C’est dans ce contexte que Benjamin Bohin crée son entreprise en 1833, génial inventeur, il donnera à l’entreprise une dimension internationale, maîtrisant le savoir-faire technique, développant de nouveaux produits, initiant des réseaux d’entreprise et d’influence.

La Manufacture Bohin :
E-Mail : contact@lamanufacturebohin.fr
Tél : 02.33.24.89.38

L’Abbaye de St Evroult

Ancienne Abbaye bénédictine, ses origines remontent à la fondation d’un monastère en forêt d’Ouche par le moine Evroult. L’abbaye visible aujourd’hui à travers le logis abbatial restauré, la porterie, l’ancienne chapelle, et les vestiges du reste de l’Abbaye, laissent imaginer l’activité intellectuelle et l’influence de cette Abbaye très importante aux XIème et XIIème Siècles. Orderic VITAL, écrivain et historien de cette époque et moine à l’Abbaye de St Evroult, raconte cette époque à travers ses écrits. Ce centre intellectuel sera à l’origine de la naissance d’autres abbayes jusqu’en Italie et à l’origine de l’Université de Cambridge. On reconnaîtra notamment les productions spécifiques de l’Abbaye de St Evroult à travers ses nombreux manuscrits et ses enluminures de grande qualité, ses décors de pavés originaux

Municipalité de St Evroult et gîte de groupe :
E-Mail : mairiestevroultnddubois@wanadoo.fr
Tél : 02.33.34.93.12

La Comtesse de Ségur

La Comtesse de Ségur a écrit la plupart de ses ouvrages entre 1850 à 1870 lorsqu’elle résidait dans son château à Aube, acquis depuis 1821. Elle y vécut heureuse entourée de ses petits-enfants auxquels elle dédiera ses écrits.
Elle évoque dans ses romans des personnages rencontrés à Aube et aux environs : Jean-Baptiste MOUCHEL (industriel marchand de fer à l’Aigle et propriétaire de la Tréfilerie Boisthorel) ainsi que des lieux emblématiques du Pays d’Ouche comme la forêt d’Ouche ou le marché de l’Aigle.

Le Musée de la Comtesse de Ségur à Aube, situé au cœur du village dans l’ancien presbytère, se visite toute l’année en groupe ou sur RV.
E-Mail : comtesse-de-segur@wanadoo.fr
Tél : 09.66.12.27.24 / 02.33.24.60.09

Le Musée de la Forge à Aube

Une Grosse Forge n'a rien à voir avec le maréchal ferrant ou avec le forgeron qui officiaient dans les villages avant 1950. Il s'agit de l'atelier qui, depuis le début du 16ème siècle, transformait en acier (communément appelé fer) la fonte sortie du Haut-Fourneau. C'était le site courant d'une métallurgie normande fort importante jusqu'aux découvertes qui permirent au 19ème l'exploitation du minerai lorrain. Les nombreuses autres grosses forges de la région ont disparu, celle d'Aube est restée dans son état d'origine grâce à son rachat en 1850 par des industriels voisins qui la consacrèrent au travail du cuivre jusqu'en 1939.

Le Musée de La Grosse Forge à Aube se visite toute l’année en groupe ou sur RV, en lien avec la Musée de la Comtesse de Ségur
E-mail E-Mail : comtesse-de-segur@wanadoo.fr
Tél : 02.33.34.14.93

L’église de St Sulpice sur Risle

Cette église renferme de remarquables peintures murales classées Monument Historique en juin 1988. Les traces de ces fresques ont été restaurées récemment. On distingue parmi les peintures murales des scènes évoquant La Pentecôte, la Crucifixion, La Jérusalem céleste, L’Ascension, la descente du Christ aux limbes et le Cortège d’apôtres. La vidéo présente une interview de Madame DESMOULINS EMERY, conservateur des antiquités et objets d’art, qui décrit avec passion les scènes peintes dans l’élise.

Mairie de St Sulpice sur Risle
E-mail : mairie.stsulpice61@wanadoo.fr
Tél : 02.33.24.15.76

Le Musée vivant de l’Energie

Ce musée est l’ouvre d’un collectionneur passionné. Implanté à Chandai dans une authentique ferme du Pays d'Ouche le long de l’Avre, on y découvre des moteurs industriels, agricoles, des machines à vapeur restaurées et remis dans un environnement proche de l'origine, le tout en fonctionnement. Une turbine hydraulique de type Francis ainsi qu'une éolienne de champs montrent des applications anciennes liées aux énergies renouvelables. Une salle des maquettes retrace l'évolution des moulins à vent. D'autres applications comme un manège à chevaux, un bélier et d'autres objets complètent cette collection.
Ce lieu chargé d’histoire, accueillait avant 1733 un moulin à blé, puis une papeterie, afin une tréfilerie de laiton en 1788, jusqu’en 1880 où Louis –Léopold BRESSON, polytechnicien, directeur d’exploitation des chemins de fer Russe, fit l’acquisition du domaine des Masselins.

La météorite de l'Aigle

Le 26 avril 1803, une pluie de météorite s’abat au nord de l’Aigle (près de 3000 fragments). A l’époque la polémique oppose les savants sur l’origine extra-terrestre des. Une enquête sera menée par Jean-Baptiste BIOT, missionné par l’Académie des sciences de Paris. Cette enquête marque le début des études scientifiques sur les météorites.

Exposition permanente au Musée de la météorite à l’Aigle :
E-Mail : patrimoine@ville-laigle.fr
Tél : 02.33.84.44.44

Le Château du Fontenil (lieu de recherche de Jean-Baptiste BIOT) peut vous accueillir sur RDV :
E-mail : phlherminier@wanadoo.fr
tél : 02.33.24.46.68

Désirée GUILLEMARD, le Maire Mégalo

Le bourg de St Ouen sur Iton présente une architecture originale avec la présence de cheminées torsadées sur de nombreuses maisons. C’est l’œuvre de Désirée GUILLEMARE, ancien maire de la commune (1820 – 1904), qui lui-même, se statufia de son vivant afin de ne jamais être oublié. Il fut le « bâtisseur » de Saint Ouen, commune surnommée à l’époque GUILLEMARDVILLE car il aida à construire de nombreuses maisons et notamment une école, une compagnie des pompiers, un marché, un théâtre …

Mairie de St Ouen sur Iton :
E-mail : mairie.st-ouen-sur-iton@wanadoo.fr
Tél : 02.33.24.97.86

Les défenses normandes face au royaume de France

Construits par la volonté du duc de Normandie, Henri II Plantagenêt , les fossés royaux (dits Fossés le Roi »), sorte de remparts de terre, témoignent de la politique d’affirmation de souveraineté sur une zone de marche où s’affrontaient en fait deux puissances royales : celles du roi de France et celle du roi d’Angleterre. Les fossés servaient de double frontière afin de montrer que nous étions en Normandie, principauté territoriale indépendante du royaume de France. Les mottes castrales témoignent des affrontements entre les grandes puissances, telle que la Motte féodale de Moulins-la-Marche.

Visite libre de la Motte féodale de Moulins-la-Marche et des Fossés aux Genettes.